n° 918 – Lorand Gaspar – octobre 2005

18,50 TTC

La poésie de Lorand Gaspar, conçue comme travail sur soi-même et comme approche de la plénitude, est marquée par quatre grandes expériences fondatrices. La première est celle d’une vie placée sous le signe de l’exil : un exil imposé par les tragédies de l’Histoire, puis librement choisi afin d’être un « habitant de l’espace », un nomade, un « flâneur du mouvement éternel ». La deuxième expérience capitale est celle du désert : un livre comme Sol absolu témoigne de l’intérêt passionné du poète pour le monde minéral. Lorand Gaspar n’envisage pas le désert comme un lieu stérile mais comme un lieu de vie. La troisième expérience est celle qui lui fut apportée par son métier de chirurgien qui exige à la fois une rigueur d’ordre scientifique et de hautes qualités humaines pour affronter quotidiennement l’énigme de la souffrance et de la mort. La quatrième expérience est celle d’une lecture sans cesse poursuivie de l’œuvre de Spinoza qui a permis au poète d’affiner son intuition première d’une union absolue de l’esprit et du corps. L’œuvre poétique de Lorand Gaspar, toujours « en chemin vers l’inconnu », se double d’un projet scientifique, comme en témoignent ses recherches dans le domaine des neurosciences.

S o m m a i r e – P r é f a c e

En stock

Catégorie :