Depuis 1923, une revue littéraire d’audience internationale

Hors-série, Une politique de la littérature

Emily Dickinson

n° 1137-1138

ISBN 9782351501344
Sommaire détaillé et préface
en cliquant sur la couverture

22,00 TTCAjouter au panier

102e année – n° 1137-1138 – janvier-février 2024

EMILY DICKINSON 

« Je suis Personne », écrivait Emily Dickinson (1830-1886), reprenant à son compte le mot d’Ulysse. On serait presque tenté de la croire, tant son existence aura été banale, dépourvue de toute péripétie. De son vivant, elle ne publia que dix poèmes, qui passèrent inaperçus. La recluse volontaire d’Amherst (Massachusetts) ne fut pas même une autrice exceptionnellement précoce. Le plus ancien poème d’elle qui nous soit parvenu date de sa vingtième année. Rien de significatif, semble-t-il, rien qui donne prise sur son œuvre dans cette existence menée dans une solitude existentielle que la poésie seule transfigura. Et quelle poésie ! Car cette femme discrète, apparemment effacée, bâtit une œuvre considérable, immense, dont les résonances ne cessent de s’affirmer et de s’étendre. Nombreux sont les poèmes — ou au moins les vers — qui sont passés dans la culture populaire états-unienne et même universelle.

Rien de secret donc chez celle qui est généralement considérée comme la fondatrice — avec Walt Whitman — de la poésie moderne anglophone. Ce qui n’empêche pas que tout, dans son œuvre, ait sa part d’insondable mystère. Un mystère qui se confond avec ceux de l’univers aussi bien que de l’existence humaine. De l’héritage romantique, elle avait gardé une confiance dans la capacité de la poésie à se confronter efficacement aux apories de la foi traditionnelle. Le moi et le monde, saisis par un esprit subtil et une langue d’une étonnante richesse, se dévoilent, révèlent leurs secrets les plus intimes. La confrontation de l’éphémère et du pérenne, en particulier, est au cœur de nombre de ses poèmes, souvent avec une lucidité sans complaisance. « J’aime mieux me souvenir d’un Couchant / Que jouir d’une Aurore », écrivait Emily Dickinson. À la lecture des textes réunis dans ce numéro d’Europe, on constatera que l’œuvre admirable de cette figure décisive de notre modernité annonçait la poésie qui suivit. Et celle qui viendra, sans aucun doute.

EMILY DICKINSON
Pierre Vinclair, François Heusbourg, Edward Sapir, Adrienne Rich, Laurent Albarracin, Françoise Delphy, Richard Wilbur, Cécile Roudeau, Guillaume Condello, Antoine Cazé, Stéphane Bouquet, Aurélie Foglia, Andrew Zawacki, Patrick Reumaux, Isabelle Garron, Liliane Giraudon, Murièle Camac, Victor Rassov.

CAHIER DE CRÉATION  

CHRONIQUES

Conçus et réalisés par les meilleurs spécialistes, les dossiers d’Europe sont depuis longtemps le gage de la solide réputation de la revue en France et dans de nombreux pays à travers le monde.

Europe paraît sept fois par an. Pour ses lecteurs, chaque numéro est la promesse de nouvelles découvertes et de nouveaux bonheurs de lecture. La diversité des thèmes abordés et des éclairages est toujours la règle d’or… Pour autant, un numéro d’Europe ne se limite pas à ce substantiel dossier ! Soucieuse d’associer la réflexion critique à la création contemporaine, la revue s’attache en effet à publier régulièrement des « Cahiers de création » qui font place à des nouvelles, des proses et des  poèmes inédits d’écrivains français et étrangers. Chaque livraison de la revue propose également une série de « Chroniques » consacrées à l’actualité du roman, de la poésie, du théâtre, de la musique, du cinéma et des arts plastiques. Enfin, les « Notes de lecture » viennent compléter ce large panorama de la vie littéraire et culturelle.

Envoi gratuit à partir de 3 numéros commandés