n° 948 – Écrivains du Stalag – Elio Vittorini – Pierre Michon – avril 2008

18,50 TTC

La France a cessé d’être une grande puissance le 22 juin 1940 lorsqu’elle a signé l’armistice qui fit d’elle un pays vaincu et permettait aux troupes allemandes de l’occuper. Deux millions ou presque d’hommes valides furent capturés et rejoignirent les stalags et les oflags, ces baraquements que l’Allemagne avait déjà construits depuis longtemps selon une parfaite logique totalitaire pour y enfermer des opposants communistes et des Juifs. Jamais dans l’histoire autant d’hommes n’étaient tombés en si peu de temps aux mains de l’ennemi. Ces chouchous du régime de Pétain connurent les privations, le désœuvrement abêtissant et le travail au service de l’ennemi, l’infantilisation de la vie des camps et l’angoisse d’un avenir totalement inconnu. Ils sont revenus après cinq ans, mais au regard de Ravensbrück ou de Birkenau, leur captivité semblait bien pâlotte et presque risible. Quelques œuvres fortes virent le jour. Ce numéro d’Europe réunit des auteurs qui depuis longtemps fréquentent ces écrivains du stalag et parlent avec finesse et passion de Georges Hyvernaud, Raymond Guérin, André Frénaud, Claude Simon, Henri Calet, Jacques Perret et de quelques autres.

S o m m a i r e – P r é f a c e

En stock

Qté
Catégorie :