n° 949 – Adorno – Ernst Bloch – mai 2008

18,50 TTC

En réalité, négativité et utopie sont dialectiquement inséparables. On ne peut critiquer la réalité sociale sans avoir un paysage de désir, l’image, même abstraite, même purement négative — « image dialectique » (Adorno) ou « image souhait » (Bloch) — d’une réalité différente, c’est-à-dire une utopie. Et inversement : il ne peut exister d’utopie authentique sans le travail de la négativité, sans cette « science sublime des âmes simples » (Rousseau) qui, au niveau même de la conscience, est déjà « critique radicale de tout ce qui existe » (Marx). C’est en partant de cette hypothèse qu’il peut s’avérer fructueux de confronter l’œuvre de deux des plus importants penseurs de la théorie critique du XXe siècle : l’auteur de L’Esprit de l’Utopie (1923) et celui de Dialectique négative (1966). Malgré leurs indéniables divergences, il existe entre les deux penseurs un rapport de réciprocité. L’un des objectifs de ce numéro d’Europe est de proposer, par la mise en regard des thèses de Bloch et d’Adorno, un dépassement de certaines approches binaires, antidialectiques, qui opposent non seulement la négativité à l’utopie, mais aussi la littérature à la philosophie, les Lumières au Romantisme, l’éthique à la poésie, l’optimisme au pessimisme.

S o m m a i r e – P r é f a c e

En stock

Qté
Catégorie :