n° 996 – Gilles Deleuze – avril 2012

18,50 TTC

L’une des caractéristiques les plus constantes de la philosophie de Gilles Deleuze est sans doute à chercher dans le rapport très paradoxal que ce penseur n’a cessé d’entretenir avec ce qu’il appelait tantôt la « non-philosophie » (d’abord les sciences, les arts et la littérature, mais aussi la psychanalyse, la politique, l’économie, la géographie, l’animalité…), tantôt une « compréhension non philosophique » qui opérerait non plus par concepts mais par « foncepts » (les fonctions de la science), « affects » (les blocs d’émotions de l’art, notamment de la littérature), et « percepts » (les blocs de perceptions impersonnelles de l’art, notamment en peinture et en cinéma).  Le premier sens de ce numéro d’Europe serait d’essayer de démêler ces questions en respectant d’abord et autant qu’il est possible les multiples manières dont Deleuze a pu tisser ce rapport si troublant à la littérature, au cinéma, aux arts plastiques, à la politique, à l’économie, à la psychanalyse… Il s’agit simultanément de rendre Deleuze à sa sauvagerie ou au caractère volcanique, inassignable, fragmentaire et à jamais problématique de sa philosophie.

S o m m a i r e – P r é f a c e

En stock

Qté
Catégorie :