n° 985 – Regards sur l’utopie – mai 2011

18,50 TTC

Bien des questions se posent à propos de l’utopie. On pourra en approfondir quelques-unes à la lecture de ce numéro d’Europe qui revêt une particulière actualité dans une période historique où toute contestation radicale, toute résistance sont souvent renvoyées au discours « utopiste », considéré comme dangereux ou naïf… Un tabou pèse sur l’utopie, qu’il soit résumé par la célèbre phrase de Margaret Thatcher : « There is no alternative », ou qu’il soit conforté par l’échec des premières tentatives historiques de sortie du capitalisme. À l’âge de l’utopie aurait ainsi succédé celui du désenchantement plus ou moins résigné. Cependant, l’utopie n’a-t-elle pas un fondement anthropologique et ne naît-elle pas du pouvoir dont l’homme dispose pour se dégager de l’immédiat et du factuel afin d’inventer de nouveaux possibles ? Si l’utopie est le « savoir de l’espérance », comme le disait Ernst Bloch, elle renvoie aussi à la nécessaire ouverture du sujet aux tendances et latences de l’être, aux affects de l’attente, à tout ce qui, en nous, refuse l’absolutisation du présent et « le faux réalisme qui prend la surface de la réalité pour la réalité tout entière ».

S o m m a i r e – P r é f a c e

En stock

Qté
Catégorie :