n° 990 – Walt Whitman – Paul de Roux – Grumberg – oct 2011

18,50 TTC

Walt Whitman (1819-1892) est avec Emily Dickinson l’un des deux grands piliers de la poésie américaine du XIXe siècle. « Qu’il exerce ou non une influence déterminante sur la littérature de l’avenir n’empêchera pas qu’il soit l’un des plus symptomatiques témoignages du présent », déclarait en son temps Robert-Louis Stevenson. Poète de l’en-avant, Whitman le démocrate est indissociable de la rupture opérée par la jeune Amérique avec la monarchie anglaise. Son poème est une Déclaration d’Indépendance. Pour les États-Unis mais aussi pour la poésie en général. Non pas seulement parce qu’il fut le fondateur du vers libre, mais aussi et surtout parce qu’il exposait une philosophie poétique propre, totalement neuve, dans l’évaluation du temps. C’est ici qu’avec Feuilles d’herbe Whitman se détache et se singularise de ses devanciers. Avec lui, la poésie s’inscrit à la fois dans le départ et dans la durée. Pionnier, Whitman ne l’est pas tellement pour l’Amérique des siècles à venir que pour l’humanité tout entière.  C’est pourquoi, le lisant, nous avons la sensation d’entrer dans un monde de totale nouveauté. Peu de poètes gardent à ce degré leur dynamisme d’origine — et de développement — dans l’emprise sur le réel.

S o m m a i r e – P r é f a c e

En stock

Qté
Catégorie :