n° 972 – Kierkegaard – Penseurs existentiels – Gadenne – avril 2010

18,50 TTC

Kierkegaard l’avait prédit : « Un jour, non seulement mes écrits, mais ma vie même et tout le fascinant secret de la machinerie seront minutieusement étudiés. » Ce propos de l’écrivain et penseur danois trouve écho dans l’une des impressions les plus fortes que l’on retire de la fréquentation de son œuvre : le sentiment que la forme de vie entretient chez lui des rapports intenses avec la forme de pensée et qu’un secret s’abrite au cœur du dispositif d’écriture. Kierkegaard n’a pas seulement déplacé les enjeux de la philosophie et ouvert un nouvel espace de pensée, il l’a fait en inventant un « incroyable équivalent de théâtre », comme le notait Gilles Deleuze, et en construisant autour de son propre nom une véritable ruche à pseudonymes. Quels que soient les fruits de la réflexion, dans toute relation à une œuvre, pour Kierkegaard l’important n’est pas seulement ce que le texte dit, mais ce qu’il fait, et ce que nous en faisons.  Dans ce numéro d’Europe, le cahier consacré au « veilleur de Copenhague » est suivi de deux ensembles qui ne prétendent pas s’arrimer au premier pour fixer un triptyque, mais dont les sphères autonomes admettent de l’une à l’autre certains rapports, résonances et transformations, s’agissant d’une part des penseurs existentiels dans la France des années trente — c’est-à-dire de l’existentialisme avant Sartre —, et d’autre part du romancier Paul Gadenne.

S o m m a i r e – P r é f a c e

En stock

Qté
Catégorie :