n° 976-977 – Pascal Quignard – août / septembre 2010

18,50 TTC

Pascal Quignard parcourt les chemins d’une singulière intemporalité non seulement pour réorienter le regard et la parole, mais pour dilater le temps. Ce geste semble crucial à une époque de l’aventure humaine où notre relation au temps menace de n’être plus qu’un triste commerce avec un présent déraciné, pareil à une succession de « clips » éphémères. La littérature est aussi un espace de sauvegarde et d’invention d’une autre temporalité, et par là même d’un autre rapport au monde et à autrui. Aux vivants et aux morts. Héritier d’une tradition très ancienne de pensée méditative et spéculative, fasciné par le fragmentaire et l’elliptique tout autant que par l’énigme des origines ou par ce qui précède les origines, attiré par les franges et les friches de l’Histoire plus encore que par ses zones d’ombre, captivé par la « musique au bord du silence » non moins que par la « mélodie animale » qui court sous le langage civilisé, Pascal Quignard unit l’énergie de la prose à l’effervescence de la pensée. Si sa parole peut être dite intempestive, c’est qu’elle est de son temps mais retournée contre lui.

S o m m a i r e – P r é f a c e

En stock

Qté
Catégorie :