n° 960 – Léon Chestov – Jean-Luc Nancy – avril 2009

18,50 TTC

Né à Kiev en 1866, mort à Paris en 1938, Léon Chestov s’inscrit dans une tradition qui trouve en Pascal et Nietzsche deux de ses points culminants. Cette tradition n’a jamais été dominante dans la philosophie occidentale et Chestov est par excellence un de ces nomades de la pensée que les manuels académiques préféreront toujours ignorer. « Celui qui étudie vraiment la vie n’a pas le droit de mener une existence sédentaire et de croire à la vertu de certaines méthodes définies », disait-il. À la place des évidences d’une philosophie conçue en tant que science rigoureuse, il propose les paradoxes d’une « philosophie de la tragédie ». Son interprétation philosophique des œuvres littéraires a été plus tard développée par son disciple Benjamin Fondane. De Georges Bataille à Emmanuel Levinas, d’Yves Bonnefoy à Gilles Deleuze, plusieurs écrivains et philosophes contemporains ont également été marqués par cet esprit indomptable qui voulut ouvrir « toutes les portes au large » et s’avancer au-delà des limites habituelles sans l’appui d’aucune idole rassurante.

S o m m a i r e – P r é f a c e

En stock

Qté
Catégorie :