n° 907-908 – Pierre Jean Jouve – nov / décembre 2004

18,30 TTC

L’incandescence spirituelle, les sombres splendeurs de l’érotisme et les puissances de l’inconscient donnent à l’œuvre de Jouve une couleur fascinante. Comme l’écrit Franck Venaille, « l’amour, la mort, la vie — donc la faute — forment une sorte de triangle magique où l’œuvre prend sa source et va puiser ses références. Jamais toutefois Jouve ne cherchera à “enfermer la poésie dans la cave des instincts”. Il exige simplement des valeurs inconscientes qu’elles enrichissent ce qui demeure, pour lui, essentiel : le conscient ! » Poète, Jouve fut aussi un romancier à l’écriture « élégante, nerveuse, presque stendhalienne ». Paulina 1880, La Scène capitale, Le Monde désert, Aventure de Catherine Crachat comptent parmi les plus beaux romans français du XXe siècle. Jouve, un écrivain pour « happy few » ? Tout simplement, un des plus grands poètes de notre langue.

S O M M A I R E – P R É F A C E

En stock

Qté
Catégorie :