n° 873-874 – Antonin Artaud – janv / février 2002

20,00 TTC

« La vie du poète Artaud fut un incendie que personne, même pas ses meilleurs amis et amies, ne pouvait éteindre, ni même circonscrire, ni même accepter. Il n’avait pas d’autre issue que la révolte. La révolte quotidienne, intégrale, définitive. » Ainsi s’exprimait naguère Philippe Soupault. Il est aujourd’hui nécessaire d’envisager son œuvre dans l’étendue et la diversité de ses engagements : poésie, théâtre, cinéma, musique, dessin, textes politiques et théoriques. Il nous faut interroger la violente défiguration qu’il imprima aux formes psychologiques et sociales de nos ancrages individuels, dans son souci acharné de « rejeter les limitations habituelles de l’homme » et de « rendre infinies les frontières de ce qu’on appelle la réalité ». Derrière le théâtre de la douleur et la rhétorique du néant, ce qui s’affirme chez Artaud avec force, avec humour, c’est aussi une formidable puissance de vie.

S O M M A I R E – P R É F A C E

En stock

Qté
Catégorie :