n° 1007 – Julien Gracq – Écrivains de Catalogne – mars 2013

20,00 TTC

Homme réservé, esprit solitaire et courtois qui ne s’en laissait pas conter par l’air du temps, soucieux d’exactitude et doté d’un goût prononcé pour les données irrécusables de l’histoire et de la géographie, Julien Gracq fut aussi un guetteur au regard pénétrant, attiré par la route et les cheminements initiatiques. On se souvient qu’il était si farouchement étranger aux complaisances de son époque qu’il refusa le Goncourt attribué au Rivage des Syrtes en 1951. Peu d’œuvres sont aussi aisément reconnaissables que la sienne dans leur timbre, leur climat, les figures de leur imaginaire, et à ce point diverses dans leurs rythmes, leurs expressions et leurs formes. Récits, théâtre, poésie, essai, pamphlet, notes de voyage et de lecture, la variété des genres est grande, mais par où que l’on entre dans l’œuvre, fût-ce par le Château d’Argol, gorgé de drame et de significations, ou La Presqu’île, flânerie d’une après-midi devenue récit, par l’essai sur André Breton ou les notes des Lettrines, c’est une même poétique du monde qu’on perçoit. C’est la même voix qu’on entend pour dire un instant de la vie, une route, un coin de terre, le tracé d’une écriture, l’essence d’un livre.

S o m m a i r e – P r é f a c e

En stock

Qté
Catégorie :